Spaces-In-Between, Jonathan Émile

La scène reggae montréalaise est minuscule mais dynamique, ne passons donc pas sous silence le nouvel album de l’auteur-compositeur-interprète Jonathan Émile, qui revendique, en anglais et en patois, ses racines jamaïcaines et québécoises. Tout est d’égale qualité sur les plans de l’écriture et de la réalisation (surtout avec ses clins d’œil au hip-hop), mais tout est aussi consensuel — une chanson porte le titre Babylon Is Falling, on ne peut faire plus cliché… — et référentiel : par exemple, Savanna s’écoute comme un ersatz du mégasuccès Welcome to Jamrock de Damian « Jr. Gong » Marley, dans la voix, le ton et le groove. Il y a néanmoins assez de vitamines reggae sur ce disque pour nous faire oublier la dernière bordée de neige : les bonnes vibrations early reggae de Canopy, la rythmique « stepper » noyée dans les échos dub d’Emptiness, les arrangements minimalistes et enrobés d’orgues et de chœurs de l’extrait Try a Likkle More. Agréable, à défaut d’être mémorable.

Écoutez Try A Likkle More

Spaces-In-Between

★★★
Reggae

Jonathan Émile, Mindpeacelove