Beethoven: Leonore, René Jacobs, Marlis Petersen, Harmonia

Il est important que cette année Beethoven nous amène une nouvelle version de Leonore à opposer aux excellentes versions Blomstedt et Gardiner. Comme eux, Jacobs a choisi de Leonore la version originale de 1805 (il existe une refonte de 1806). Ce 1er stade de Fidelio (1814) est plus qu’un brouillon, c’est une œuvre autonome passionnante à connaître puisque nous découvrons un trio (no 3), un duo (no 10), sans compter de nombreuses modifications que la notice détaille bien. Jacobs affirme préférer Leonore à Fidelio pour l’absence de coupures, l’ouverture (Leonore II) plus efficace, une dramaturgie en trois actes plus logiquement articulée et un finale plus puissant. Cette Leonore se distingue par une astucieuse réécriture contemporaine des dialogues, par une esthétique qui tient clairement du Singspiel post-mozartien (proportions et style de l’orchestre) et par des tempos souvent très vifs. Sa distribution lui donne un ascendant sur Gardiner en ce qui concerne les enregistrements sur instruments anciens. Utile et captivante parution.

 

René Jacobs dirige le trio (n°3) de Leonore de Beethoven

 

Beethoven : Leonore

★★★★

René Jacobs, Marlis Petersen, Harmonia Mundi, 2 CD, HMM 902414 15