Thin Mind, Wolf Parade

Quinze ans après la parution de son classique de l’indie montréalais Apologies to the Queen Mary, Wolf Parade serre les rangs et redevient le trio d’origine. Thin Mind, cinquième album du groupe montréalais, contient tous les ingrédients de son succès, les voix emphatiques de la paire d’auteurs-compositeurs Dan Boeckner et Spencer Krug et ce sens de la mélodie dramatique arrimée à des rythmes énergiques. Les synthétiseurs, par contre, occupent une place plus prépondérante dans l’orchestration, manière de souligner le thème (pas très original…) de l’album : notre asservissement aux nouvelles technologies. Wolf Parade est à son meilleur dans la première moitié du disque, avec les envoûtantes Under Glass, Julia Take Your Man Home, l’épique post-punk Forest Green et sa longue finale instrumentale, mais dérive un brin durant la seconde moitié en remâchant, à grand renfort de synthés (Against the Daysonne comme le Dépêche Mode de Violator !), combien la multiplication des écrans atrophie le cerveau.

Écoutez Julia Take Your Man Home

 

Thin Mind

★★★ 1/2

Wolf Parade, Sub Pop