Un oeil devant, l’autre dans le rétroviseur en jazz

Le compositeur et bassiste <b id=Thundercat sera en concert le 19 mars au Corona." height="530" width="828" class="img-responsive">
Vivien Killilea Agence France-Presse Le compositeur et bassiste Thundercat sera en concert le 19 mars au Corona.

La rentrée jazz de 2020 sera marquée par un incontournable coup d’œil dans le rétroviseur : le cinquantième anniversaire de la parution de l’album révolutionnaire Bitches Brew, de Miles Davis, un monument jazz fusion où les techniques de studio avant-gardistes donnaient vie à la vision musicale jazz, funk, rock, latine et psychédélique du trompettiste.

Parue le 30 mars 1970, l’œuvre a aiguillé le jazz vers de nouvelles avenues ; c’est aussi ce que l’on souhaite au jazz à venir.

Nouveaux expérimentalistes

Pour l’heure, Columbia n’a pas encore annoncé de nouvelle réédition de l’album (un coffret de six CD avait été produit lors du 40e anniversaire), mais l’événement ne manquera pas d’être souligné à l’aulne des passionnantes expérimentations d’une nouvelle génération d’expérimentalistes du jazz issus des fertiles scènes californienne — pensons au compositeur et bassiste Thundercat, en concert le 19 mars au Corona — et londonienne, comme le saxophoniste Shabaka Hutchings (The Comet is Coming, Sons of Kemet), de qui on attend un album en duo avec le DJ et compositeur martiniquais DJ Noss.

 

De la Grande-Bretagne, retenons également deux noms. D’abord KOKOROKO, explosif septet qui retourne voir aux frontières du jazz et de l’afrobeat nigérian s’il n’y aurait pas encore de la substance. Il a offert un prometteur EP en mars 2019, et un premier album complet devrait voir le jour d’ici la fonte des neiges, sur le label Brownswood.

Ensuite, la harpiste londonienne (d’origine belge) Nala Sinephro, révélée au sein du collectif Steam Down et qui lancera cette année son premier album — le quotidien The Guardian l’a rangée parmi les cinquante nouveaux musiciens à surveiller en 2020.

Chez nous, le compositeur et batteur Frédéric Hébert lancera avec son quintette un premier album, L’aube, au Café Résonance (5175A, avenue du Parc) le 16 janvier prochain. Six mois après la sortie de son premier album I’ve Got Just About Everything, la chanteuse montréalaise Laura Anglade et son quintette retourneront à l’Upstair’s le 17 janvier, puis au Dièze Onze, rue Saint-Denis, le 31 à l’affiche du Tavern Tour — elle partagera la scène avec le projet Coltrane, The Lost Album du quartet de Yannick Rieu.

Le Festival de jazz de Montréal

Stimulante proposition qu’Anticosti – Suite instrumentale pour 10 musiciens, une composition de Jean St-Onge exécutée par le Quatuor Molinari et le Quasar quatuor de saxophones le 12 février, au Lion d’Or ; idem pour le lancement de Supernova 4, le nouvel album du super-groupe constitué de Félix Stüssi, Jean Derome, Pierre Tanguay et Normand Guilbeault, présenté devant public le 28 février, au Dièze Onze.

En mars, on reverra le compositeur et pianiste Martin Roussel, accompagné par la compositrice et chanteuse MJ Cyr, avec le projet Pixel au Gésu le 18, le même soir que le concert de Dweezil Zappa (Hot Rats Live !) au Corona.

Le 23 mars, le Festival international de jazz de Montréal présentera à L’Astral le concert de l’acteur et chanteur Leslie Odom Jr., une des stars du succès Hamilton.

Le 27, la compositrice et trompettiste Rachel Therrien lancera son nouvel album, Vena, avec un concert au Dièze Onze.