The Question, Anna Tivel

Au bout de cette année plutôt sombre, voici un baume pour lui redonner un peu de brillance : The Question, sorti en avril, et très certainement une pièce maîtresse dans l’œuvre d’Anna Tivel. Quelque chose dans cet album grave et ouvragé, où les ténèbres rivalisent souvent avec la lumière, touche à l’essence même de la musique — exprimer l’individu, explorer ses territoires, ses désirs, sa résilience. À la manière d’une romancière, Anna Tivel place les lieux en quelques mots, enfile des costumes et observe. Les dédales où elle nous emmène sont si prenants qu’on en oublie tout — de la douce pièce-titre à la poignante Two Strangers, la plus longue de l’album, les 41 minutes disparaissent en fumée. Mais il n’y a pas que les histoires pour lui faire honneur : musicalement, Anna Tivel réussit un rare équilibre de délicatesse et d’intensité, donnant à chaque instrument (guitares, cordes, clarinette, piano, percussions) une personnalité, un rythme et un espace parfaitement justes. En un mot, disons-la virtuose.

The Question

★★★★ 1/2
Folk

Anna Tivel, Fluff and Gravy