Tunes 2011 to 2019, Burial

Bien que son dernier album, Untrue, soit paru il y a 12 ans, le Britannique Burial (Will Bevin) n’a pas chômé durant la décennie qui s’achève, lançant une dizaine de EP ici réunis dans cette fascinante chronique de son évolution musicale. En tout, près de 2 h 30 de musique électronique visionnaire et envoûtante pendant lesquelles l’élusif et influent compositeur cherche à s’affranchir du garage/2-step mélancolique qui l’a rendu célèbre. Certes, les splendides Street Halo et Stolen Dog auraient pu paraître sur Untrue, mais dès Rough Sleeper, on l’entend dériver vers les eaux troubles de la musique ambient qui constitue plus du premier tiers de la compilation s’ouvrant sur l’étrange State Forest, parue cette année. Ainsi, en lieu et place d’albums, de poignantes petites symphonies en plusieurs mouvements telles que l’inoubliable Come Down To Us ou le souvenir rave hardcore Rival Dealer (toutes deux parues en 2013). Pas une minute de perdue au fil de ces 17 passionnantes, souvent émouvantes, chansons.

Tunes 2011 to 2019

★★★★ 1/2
Électronique

Burial, Hyperdub