Aubade, Janelle Fung

Quelle surprise ! Merci à Janelle Fung de ressusciter au disque la musique d’Auguste Descarries (1896-1958). Sauf le respect dû à André Mathieu et à son statut unique et incontestable de génie extrêmement précoce, ce que nous découvrons là, notamment dans la Sonate pour piano (1953), est d’une tout autre teneur musicale. Il y a pourtant un fascinant rapport avec André Mathieu, dont les dernières œuvres tendent vers Scriabine, langage qu’il ne parvient pas à développer. Ce lien avec Scriabine, Auguste Descarries l’assume et le cultive. Mais la culture pianistique de Descarries va bien au-delà de Scriabine et de Medtner, évoqué par ailleurs, ou de Rachmaninov. Que serait le 2e mouvement de la Sonate sans les Nocturnes de Chopin ? Outre la Sonate de 33 minutes, le CD contient des pièces intitulées Serenitas, Sarcasme, Au gré de l’onde (une barcarolle), Aubade et Mon lac. La teneur et qualité musicale justifient que la redécouverte de la musique d’Auguste Descarries devienne dans la prochaine décennie une cause nationale culturelle prioritaire.

Écoutez Mon lac

Aubade

★★★★ 1/2
Classique

Musique pour piano d’Auguste Descarries, Janelle Fung, Centredisques CMCCD 27519