Débrancher en musique et en poésie avant Noël

Elle demeurera acoustique, la session de Jesse Mac Cormack, mais le musicien entend tout de même l’occuper avec quelques effets électroniques, histoire de mesurer la sonorité du Théâtre La Chapelle.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Elle demeurera acoustique, la session de Jesse Mac Cormack, mais le musicien entend tout de même l’occuper avec quelques effets électroniques, histoire de mesurer la sonorité du Théâtre La Chapelle.

En attendant les rassemblements du temps des Fêtes, pourquoi ne pas s’offrir un peu de calme et d’intimité : le Théâtre La Chapelle organise pour une seconde année ses Sessions acoustiques, trois soirées de performances musicales dépouillées sans être sobres. Pour Jesse Mac Cormack qui lance mercredi soir le bal en compagnie de l’auteure, compositrice et interprète Rosie Valland, c’est faire de la Chapelle un studio temporaire ; pour la poétesse Alexia Perry Cox, il s’agira de retrouver la profondeur des conversations autour d’une table.

Le rat de studio qu’est Mac Cormack salive à l’idée d’investir la petite scène de la Chapelle : « Alex McMahon va venir jouer du piano avec moi. Le concept, c’est qu’il n’y aura pas de système de son ; par contre, je vais apporter des amplificateurs pour y brancher des claviers, et je vais installer un micro d’ambiance, pour créer des boucles sonores pendant que je chante, à côté du micro. J’irai tester la salle dans l’après-midi avant le concert. »

Elle demeurera acoustique, cette session de Mac Cormack, mais il entend tout de même l’occuper avec quelques effets électroniques, histoire de mesurer la sonorité de cette salle reconnue comme un laboratoire des pratiques artistiques multidisciplinaires. Rosie Valland, dont les albums ont été réalisés par Mac Cormack fera un tour de chant tout aussi créatif et modeste et rejoindra sur scène son confrère en fin de performance.

Laquelle sera constituée des chansons de l’album Now lancé en mai dernier, ainsi que de quelques nouvelles compositions : « J’ai presque terminé l’enregistrement d’un nouvel album, déjà une dizaine de chansons », confirme le musicien, qui pilote en parallèle l’enregistrement du prochain disque de Gabrielle Shonk. « La semaine dernière, on jouait ensemble dans une église à Trois-Rivières. Il y avait un piano, mais on a décidé de ne pas lui mettre un micro » pour profiter au maximum de l’acoustique des lieux. « C’est génial quand on peut faire ça, jouer avec le son d’une salle de spectacles. »

Poésie et improvisations

Le programme de vendredi s’annonce un tantinet plus risqué, mais tout aussi précieux : d’abord une performance adaptée du projet Balanced / Unbalanced de la poétesse, écrivaine et musicienne Alexei Perry Cox, qui s’était révélée à nous il y a une dizaine d’années au sein du duo Handsome Furs. En seconde partie, le musicien, réalisateur et cofondateur du studio Hotel2Tango Radwan Ghazi Moumneh qui offrira des versions acoustiques des chansons de son projet Jerusalem in My Heart, accompagné d’une poignée de complices.

Son « motley crew », comme les appelle Perry Cox, qui connaît bien Radwan Ghazi Moumneh pour avoir souvent collaboré avec lui. « C’est la soirée qu’on avait en tête : une partie plus littéraire, axée sur le texte, puis Radwan pour improviser le reste de la soirée avec ses collaborateurs. Bien que je sois écrivaine et musicien, ce projet solo est complètement différent, sans instrumentation. »

Balanced / Unbalanced, explique la poétesse, « s’appuie sur les poèmes de quelques passionnants poètes qui ont tous édité des oeuvres cette année », parmi lesquels l’écrivaine Tess Liem, dont le récent Obits s’est récemment mérité le prix de poésie A. M. Klein décerné par la Quebec Writers Federation. « Ce que je fais, c’est tisser ensemble plusieurs passages de leurs poèmes et les relier à mes propres textes – l’idée de départ vient du travail des musiciens, qui collaborent et improvisent ensemble. Je veux montrer que les écrivains aussi peuvent collaborer ensemble, même si le geste d’écrire est normalement un geste privé et solitaire. »

Ces extraits de textes trouvent un sens dans la vision de Balanced / Unbalanced, « un examen que je fais du travail des écrivains et poètes dans un contexte éthique, les défis et les injustices avec lesquels ils sont confrontés dans leur travail écriture, en rapport avec leur milieu d’origine », tous ces écrivains nord-américains « étant issus d’une diaspora ou sont des descendants d’esclaves ». Comme Alexei Perry Cox, incidemment, qui a des racines cubaines et libanaises. Après avoir présenté la performance Balanced / Unbalanced en Italie le mois dernier, elle quitte ce samedi pour Beyrouth : « La situation sociale, économique et politique que vivent les gens là-bas se trouve définitivement un écho dans ma performance. »

« Je comprends que les organisateurs des Sessions acoustiques recherchent précisément des expériences intimes entre les artistes et le public – presque comme une fête dans la cour de quelqu’un, ajoute Perry Cox. De la même manière que je crois que les conversations les plus passionnées peuvent se tenir autour de la table à dîner, je crois que ce contexte d’une salle plus intime convient parfaitement à ce que je réciterai. J’aurai une salle pleine de gens attentifs, avec qui j’aurai la chance d’interagir, et j’entends en profiter le plus possible ! »

Les Sessions acoustiques du Théâtre La Chapelle

Les 11 (avec Jesse Mac Cormack et Rosie Valland), 13 (Alexei Perry Cox et Radwan Ghazi Moumneh) et 14 décembre (avec Brad Barr et Elizabeth Powell), dès 20 h.