Hector Berlioz, Symphonie fantastique

C’est avec l’orchestre qu’il a fondé que François-Xavier Roth enregistre cette Fantastique. La démarche est synonyme de recherche sur des sonorités fruitées d’instruments d’époque et d’un travail particulier sur les cordes (archet, vibrato, portamentos). Roth et Les Siècles avaient accompli le parcours en 2009 dans un CD publié par Actes Sud. Ils semblaient alors vouloir, avec quelque raideur, prouver le bien-fondé de leur démarche, alors que, dix ans plus tard, tout est beaucoup plus détendu dans une approche plus ludique d’un sujet parfaitement dominé. Et la Fantastique devient un feu d’artifice d’élans, d’emportements et d’idées comme on n’en avait pas connu depuis Paul Paray en 1959 et Charles Munch en 1962. Le seul Bal résume par son tourbillon forcené le tumulte qui agite Berlioz. La synthèse entre le soin du détail et l’éloquence dramatique marque une grande interprétation dans laquelle la connaissance du style et des instruments devient un moyen et non une fin. Les deux ultimes mouvements donnent des frissons.

 

François-Xavier Roth dirige Un Bal de la Symphonie Fantastique

Hector Berlioz

★★★★★
Classique

Symphonie fantastique, Les Francs-Juges, Harmonia Mundi HMM 902 644.