Ludwig van Beethoven, James Ehnes et Andrew Armstrong

Cet enregistrement qui suit de 15 jours la parution de la participation, également chez Onyx, du plus grand violoniste canadien, à travers The Lark Ascending, à un CD consacré par Andrew Manze à Ralph Vaughan Williams est la continuation d’une intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven amorcée avec la parution d’un disque des Sonates no 6 et 9. Ehnes et Armstrong ont beaucoup voyagé cette année pour jouer l’intégrale en concert. On retrouve dans ce disque très exactement cette franchise et cette fermeté entendues au Festival de musique de chambre de Montréal. Nous écrivions alors : « Avec une justesse impeccable, un archet d’une ferme assurance, James Ehnes a mené les sonates avec une grande rigueur, dans un discours très cadré […]. Il manquait un je-ne-sais-quoi de charme et de surprises ». Le verdict du CD, aux aigus un peu crispés, est le même. Aussi n’est-il peut-être pas bête d’attendre la suite de l’intégrale d’Andrew Wan et Charles Richard-Hamelin pour faire le point. Leur premier volume avait ce zeste de charme en plus.

 

James Ehnes et Andrew Armstrong interprètent le Finale de la 1re Sonate pour violon de Beethoven

Ludwig van Beethoven

★★★★
Classique

Sonates pour violon et piano nos 1 à 3. Variations WoO 40. Onyx 4177.