Analog Fluids of Sonic Black Holes, Moor Mother

Il y a beaucoup de choses contenues — comme sous un couvercle sur le point d’exploser — dans cet Analog Fluids of Sonic Black Holes, second disque de la poète-militante-musicienne philadelphienne Camae Ayewa. La spoken-wordiste spirituelle et affranchie découd les mythes d’une Amérique bâtie à la sueur du front de ses ancêtres, aidée de textes à forte connotation anticolonialiste, de field-recording, d’un rap stoïque, de spirituals, de collaborations fructueuses et de moments de transe danse rarement vus ailleurs. Si Analog Fluids maîtrise sa direction avec plus de certitude que Fetish Bones (2016), le penchant studio de l’œuvre d’Ayewa (elle a aussi récemment fait paraître un recueil de poésie) fait pâle figure à côté de son incarnation sur scène. On oserait même dire que ce disque ne sert que de prétexte au travail scénique. Véritable gourou de l’occulte sonore, Moor Mother est un nouveau genre d’artiste. Soniquement, les machines priment, mais l’instrument principal, c’est le charisme.

Analog Fluids of Sonic Black Holes

★★★★
Électro expérimental

Moor Mother, Don Giovanni Records