Karaoke Angel, Molly Sarlé

Le trio américain Mountain Man continue de se fractionner en projets solo : après Alexandra Sauser-Monnig plus tôt cette année, Molly Sarlé prend à son tour guitare et voix pour avancer seule. Karaoke Angel, un exercice de country-folk introspectif et vibrant, incarne parfaitement cette saison-ci, sa noirceur précoce, ses ciels couverts, ses dernières lueurs dorées. Avec sa voix fragile mais enveloppante comme un duvet chaud, Molly Sarlé roule dans sa gorge une vie d’expériences et de représentations du soi. On la voit enracinée autant sur la côte pacifique américaine, où cet album a commencé à naître il y a plusieurs années, que dans une forêt altière des Appalaches, destination de ses mélodies comme des incantations. Il faut justement voir Karaoke Angel comme une montagne, avec deux versants : un rythmé, avec guitare électrique et percussions, et un mouvant, où Molly Sarlé chante des flammes à la robe ample, parfois proches de psalmodies — comme la sublime Twisted. À la fin, un mot nous vient : pouvoir.
 

Karaoke Angel

★★★ 1/2
Country-folk

Molly Sarlé, Partisan