1952, Geoffroy

Non, il ne s’agit point du Geoffroy qui chantait Je vous remercie / Combien je t’aime, 45-tours RCA en 1970. Ce Geoffroy-là, c’était Pierre Bertrand sous un pseudo, pré-Beau Dommage. On parle ici de Geoffroy le chanteur électropop à peine trentenaire : ça va être mêlant sur le site de revente Discogs. Plus insaisissable encore est la souffrance qui, dans l’intention, devrait s’entendre à travers des titres aussi parlants que The Fear of Falling Apart, Closer et When Everything Is Gone. Le cancer qui a emporté la mère de Geoffroy (née en 1952, d’ou le titre) se veut la trame tragique de l’album. « Lost my mother to the devil », écrit-il. Merci le livret : autrement, la mort et les mots se perdent dans la musique. Les strates d’électro, le timbre trafiqué, la pulsation très clinique (même dans Closer, après l’intro piano poignante), tout sert de carapace, de sorte que l’on ne sent rien. Ou si peu. Alors que les images de films de famille, dans le clip de Falling Apart, font pleurer. Allez comprendre.

Écoutez The Fear of Falling Apart

1952

★★ 1/2
Chanson électro

Geoffroy, Bonsound