Forgetting, Kim Churchill

Presque six mois après I AM, Kim Churchill dévoile le deuxième de ses quatre microalbums moulés sur son exploration du monde. Forgetting, légèrement plus court, écrit et enregistré dans les forêts denses de l’île de Vancouver, est peut-être le plus hybride des albums du musicien australien — qui n’en est pas à ses débuts, aussi jeune soit-il encore. Ses séquences cinglantes et ses airs pop font un pas de côté pour accueillir un folk dépouillé et mélodieux souvent percussif, un héritage de ses premiers temps. Comme si la grandeur de l’Ouest canadien avait forcé Kim Churchill à une réflexion qui ne concernerait pas seulement sa place dans l’univers, mais la fatalité de ses rapports aux autres, à la douleur, à la possibilité d’amour. Pour une rare fois, sa voix puissante est au premier plan — surtout sur See You Soon, une remarquable reprise de Coldplay. Plus qu’une confirmation de sa progression mélodique, Forgetting révèle que la voix de Kim Churchill est le meilleur porte-parole de sa liberté.

Écoutez See You Soon

Forgetting

★★★
Alternatif

Kim Churchill, Rufus Nomad