Plume Latraverse à la Place des Arts: des chansons pour guérir de tous les maux

«Sapolin», la merveilleuse «Sapolin» de l'album «Pommes de route», est une chanson d'amour mélancolique ; l'accoler à «Fait d'hiver», chanson d'amour poilue, donne la mesure du registre de Plume Latraverse dans la description d'un sentiment.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir «Sapolin», la merveilleuse «Sapolin» de l'album «Pommes de route», est une chanson d'amour mélancolique ; l'accoler à «Fait d'hiver», chanson d'amour poilue, donne la mesure du registre de Plume Latraverse dans la description d'un sentiment.

Plume s'amène lentement, se frotte le visage des deux mains, comme pour se réveiller. Fait mine de bayer aux corneilles. Pardi que c'est exprès. Notre grand escogriffe met la table. Du centre d'accueil. Première allusion à l'âge vénérable dans la salle d'attente de l'urgence. Des premiers rangs de la Cinquième salle de la Place des Arts, d'aucuns s'autorisent à haranguer leur héros. « Ça me permet de sizer les mongols... », note le pince-sans-rire. Ce qui fait rire. « C'est dompté aux humoristes, ça rit pour rien... »

Le bloc d'ouverture vite passé (Monde fatal, À tire-larigot, Les avaleurs d'asphalte, Survivre), le sieur Latraverse continue sur sa lancée, servant un « bonsoir, villageois et villageoises » très volontairement rabelaisien. Il présente ses Mauvais Compagnons, signale que, Jean-Claude Marsan s'étant blessé, un « bon samaritain est venu lui prêter main-forte, c'est le cas de le dire ». Et voilà notre désopilant pileux (moins pileux qu'avant) qui télégraphie le gag suivant : faire semblant d'avoir oublié le nom du musicien d'appoint (Donald Meunier, en l'occurrence). « Mise en scène de Mouffe... », offre-t-il en guise d'explication. Il y a aussi, en bon état, Grégoire Morency à la basse.

C'est quelles chansons?

Le spectacle s'intitule Séquelles?. Avec le point d'interrogation. Oui, c'est à double sens : séquelles comme dans « affres de vieillir », séquelles comme dans « c'est qu'elles chansons qu'on va faire ? ». Information supplémentaire de début de spectacle : Plume précise qu'on aura droit à un « service de restauration rapide ». Comprenez par là que les chansons seront regroupées en plateaux. Goûteux, un peu dégoulinants. Des amuse-gueule, des coups de gueule, des plats de résistance.

Ainsi la belle Marie-Lou se retrouve-t-elle au bord du Lac multicolore, collée serré à Ton enfance nous quitte. Ainsi une séquence plus épicée allie-t-elle La bienséance, New Orleans et Mauvaise herbe bleue. Ainsi donne-t-il un peu plus de temps à celles qui ont dans les mémoires laissé le plus de séquelles. Les pauvres, la plus puissante chanson jamais écrite sur la pauvreté, est presque complète : « Les pauvres vont pas voir de shows / Sont ben trop nonos / Y ont pas d'argent / À perdre là-dedans ». Cahin-caha, magnifique chanson d'amitié, est livrée in extenso, pour ne pas dire all-dressed.

Amuser, émouvoir, amuser, émouvoir

Au retour de l'entracte (en fait, il n'est jamais parti, signant à répétition des disques et des t-shirts), « onc' Pluplu » nous lit le texte plus que truculent d'une nouveauté intitulée Tonton. Délire et génie réunis en rimes riches qui sentent fort. « Je recommencerai pus, promis. » Ça rigole fort sur scène et dans la salle. « Une chance qu'on ne boit pas de bière, où c'est qu'on serait rendus... »

Et ça se poursuit sur le même ton, ou plutôt les mêmes tons, l'irrévérence et la tendresse se font invariablement risette. Parfois dans la même chanson : Immatérielle Daynise en est l'exemple parfait. C'est une chanson d'amour de taverne. Joyeusement affectueuse. Sapolin, la merveilleuse Sapolin de l'album Pommes de route, est une chanson d'amour mélancolique ; l'accoler à Fait d'hiver, chanson d'amour poilue, donne la mesure du registre de Plume Latraverse dans la description d'un sentiment.

La mort du moniteur

Marsan, déjà handicapé d'un doigt, se plaint d'un moniteur qui fait fuzzer la guitare du patron. « On est à la Place des Arts, ciboire ! », s'indigne Plume pour se donner contenance : il aime ça lousse, mais pas décousu. Il y a un vrai pro qui se cache derrière la façade ébouriffée. Ça va sacrer dans la loge. Mais pour nous, la soirée n'est pas moins jouissive. Doublé rock'n'roll (Le roi de la manchette, Chien fou), incontournable non contournée (Jonquière), on a celles qu'on voulait. Le moniteur rend finalement l'âme en plein premier couplet de la belle des belles, Les patineuses : c'est moins drôle. Plume la refait très, très sérieusement. On ne lui gâchera pas le tour de patinoire.

On sera encore amusés, émus, amusés, émus, jusqu'à la toute fin. Le spectacle va être donné souvent et un peu partout : Plume et ses Mauvais Compagnons vont le prolonger jusqu'à ce que tout guérisse. Il y aura même une supplémentaire à Maisonneuve. De séquelles en conséquences, plus belle sera la récompense.