Two Hands, Big Thief

Au Panthéon de la communion avec la musique, militons pour l’intronisation de Buck Meek, guitariste de Big Thief, qui, sur scène, joue d’une manière si passionnelle et unique qu’il est difficile de le quitter des yeux. Cela, dans un quatuor équitablement gâté en charisme. C’est cette image qui revient incessamment en tête à l’écoute de ce nouveau disque-surprise de Big Thief. Pas que la guitare ressorte plus que les autres éléments ; la cohésion est au contraire parfaite. La voix d’Adrianne Lenker, d’ailleurs, prend une couleur plus théâtrale (Two Hands), plus expansive (l’excellente Forgotten Eyes). Non, si on repense à Meek qui agite du chef les yeux mi-clos, c’est parce que ce Two Hands est la matérialisation de l’amour du travail bien fait et de la dévotion à son art. U.F.O.F., plus tôt cette année, laissait déjà voir un groupe à la maturité affirmée. Big Thief donne tout son sens à des adages habituellement gna-gna du genre « trouve ce qui te rend heureux et fais-le jusqu’à plus soif ». Appliqué à eux, ça semble de la poésie.

Two Hands

★★★★
Folk rock

Big Thief, 4AD