When I Say to You Black Lightning, Common Holly

When I Say to You Black Lightning n’est pas un titre, c’est une invitation à suivre un parcours noir et parcellaire où vivotent des taches de lumière pâle — une humanité, au fin fond des choses. Deux ans après le remarquable Playing House, Brigitte Naggar (Common Holly) adopte une allure volontairement incertaine, où sa voix gracile devient l’antithèse de ses airs acides et louvoyants. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la main de la musicienne montréalaise est toujours aussi raffinée : des fils, des sons, des antres secrets émergent, s’entremêlent, vacillent et se replient, jamais dissonants. Oui, l’atmosphère est sombre : guitares, cordes et percussions forment des précipices, mots et chants formulent les brisures humaines, le doute, la folie, la douleur indélébile. Mais la douceur existe, souterraine, comme en témoignent les poches d’air de Measured, les intonations quasi divines de Uuu et l’intense clivage de Crazy OK. Si la puissance se mesure à ses ondes de choc, cet album se hisse certainement à un sommet.

When I Say to You Black Lightning

★★★★
Indie

Common Holly, Royal Mountain Records