My Heart Is an Open Field, Tenci

My Heart Is an Open Field, voilà un excellent titre pour ce premier album aux allures de doux champ de bataille. Tenci, nom de scène de la compositrice américaine Jess Shoman et de son petit cercle de musiciens de chambre, est indéniablement une voix à part. Une voix, parlons-en : Jess, qui passe déjà très aisément d’un timbre caverneux à un quasi-falsetto, est surtout capable d’un vibrato extraordinaire, à vous faire friser la peau sur les bras ; on croirait que son corps entier ondule sous l’effet de sa propre voix (magnifique Joy 2). Si c’est certainement là le cœur de ces neuf compositions un peu décousues, qui font l’effet d’une petite fanfare avec leur assemblage biscornu de guitares, de piano, de xylophone, de percussions et de synthétiseurs, My Heart Is an Open Field ne serait rien sans ses motifs brouillons (belle Serpent), ses textures élaborées (Blue Spring) et ses exercices décalés (Forgot my Horse’s Name). Sommes-nous dans un salon particulier ou dans un champ à regarder les étoiles ? Tenci incarne cette belle ambiguïté.

 

 

My Heart Is an Open Field

★★★ 1/2
Indie folk

Tenci, Indépendant