Encores 3, Nils Frahm

Des trois microalbums Encores, celui-ci est nettement le plus singulier, peut-être aussi le moins immédiatement éloquent. Presque deux ans après All Melody, voici le dernier des trois chapitres conçus par Nils Frahm — en studio, mais aussi sur scène — en écho à son album-éléphant. Encores 3 clôt donc l’expérience du Funkhaus avec trois compositions aux percussions et aux pulsations électroniques, sorte de nouveau monde à la matière évolutive et dense. S’il s’agit certainement d’une suite logique d’All Melody, les ponts entre Artificially Intelligent, qui ressuscite les chœurs moniaux à la manière d’une machine déréglée, et Amirador, longue transe brumeuse entre aigus et graves qui dégonfle durant quatre minutes, ne sont pas clairs. Cela dit, les onze minutes d’All Armed sont rudement bien menées : entre la musique de film, la transe de hangar et l’intrigue tropicale, il n’y a qu’un pas. Cette fin mystérieuse à un projet longuement mis au monde n’en est pas encore le point final : la trilogie, sous le nom All Encores, verra le jour en octobre.

Encores 3

★★★
Expérimental

Nils Frahm, Erased Tapes