Braindrops, Tropical Fuck Storm

Quelles sont les limites du réel dans ce monde où les fausses infos et les théories du complot ont un poids politique ? Contre ce que le documentariste Adam Curtis appelle l'« hypernormalisation » (la postvérité maintenue en place par les puissants), la révolte musicale est un garde-fou. Comme Captain Beefheart il y a des décennies, les Australiens de Tropical Fuck Storm (comptant deux anciens des The Drones) cherchent le salut dans le chaos. Proches du psychédélisme des King Gizzard & the Lizard Wizard, en plus punk, plus tendu (Braindrops), plus naïf (Aspirin) et moins épique, TFS dénoncent sur ce fiévreux second album les faux-culs et les enragés du dépotoir du Web, d’une manière tour à tour survoltée (The Happiest Guy Around) et touchante (Maria 63). Délicieusement décousu, furieusement post-punk et issu de cerveaux providentiellement cinglés, Braindrops sauvera votre vie. Du moins pour la semaine. En concert le 18 septembre au Ritz.

 

Braindrops

★★★★
Rock psychédélique

Tropical Fuck Storm, Joyful Noise