Lover, Taylor Swift

Combien de millions d’exemplaires, déjà ? Trois au moment d’écrire ces lignes, ce sera six quand vous les lirez. Taylor Swift sait annoncer la couleur. Pour Reputation, elle était sur le mode quand-on-m’attaque-j’attaque-plus-fort. Pour Lover, voyez les pointes bleues de ses mèches, le bleu du ciel : c’est le retour de la Taylor qui s’amuse, aime aimer, n’est dupe de rien mais se laisse flotter sur le bleu de la vie, pendant le temps que ça durera. Finie la nuit, bonjour Daylight. Aux cyberviolents, elle dit simplement, compatissante : « Say it in the street, that’s a knock-out / But you say it in a tweet, that’s a cop-out / Hey, are you okay ? » (You Need to Calm Down). Avec les Dixie Chicks, elle nous réconforte dans Soon You’ll Get Better. « You’ve been stressed out lately, yeah, me too », confie-t-elle dans It’s Nice to Have A Friend. Pop amicale, sensuelle et fleurie, Lover n’est pas positiviste pour autant : plutôt un grand répit de 18 chansons. Ça tombe bien, on en avait bigrement besoin.

Écoutez You Need To Calm Down

Lover

★★★ 1/2
Pop

Taylor Swift, Republic / Universal