Vendou au festival OUMF: point de contact

«Trèdou» est le mini-album dans lequel le Montréalais Vendou s’est le plus investi. Il a tout enregistré et mixé dans son propre petit studio ces derniers mois.
Photo: MANVS «Trèdou» est le mini-album dans lequel le Montréalais Vendou s’est le plus investi. Il a tout enregistré et mixé dans son propre petit studio ces derniers mois.

Il est, de ce collectif de rappeurs et compositeurs montréalais réunis sous la bannière de La Fourmilière, le plus discret d’entre tous. « C’est vrai que j’aime assez ce qui est suave, musicalement — c’est un trait de personnalité », estime Vendou. Membre du groupe L’Amalgame, il boucle un été passé en tournée, parfois en solo, toujours en tant qu’homme de main, de hypeman donnant la réplique à FouKi. L’auteur, compositeur et interprète défendra demain sur une des scènes du festival OUMF le matériel de son mini-album Trèdou paru vendredi dernier.

« Ma musique n’arrive vraiment pas comme un coup de poing », prévient le musicien. « Elle n’est pas faite pour choquer ou frapper, ce que je fais est plus précis. Comme quand tu touches un point de contact au massage. Je veux plus toucher que choquer, le doigt posé à la bonne place, pas forcément où ça fait mal, mais là où on peut révéler une certaine sensation, une sensibilité. C’est comme ça que l’échange se fait avec mon auditoire », dit-il le sourire dans la voix.

Deux choses frappent en découvrant son troisième mini-album paru la semaine dernière : d’une part, pas de trace de la rutilante Par chez nous lancée en juin dernier, un rap clinquant sur une production de QuietMike. Ensuite, y a ce ton, coulant, posé, presque romantique, surtout sur des chansons comme Jour de pluie et Vélo, une collaboration avec la chanteuse indie-pop Michaëlle Richer, qui s’apprête, elle aussi, à offrir un premier mini-album.

Question de contextes, musicaux et créatifs, justifie Vendou. La chanson Par chez nous aurait détonné sur son récent EP, mais aurait été à sa place sur les deux précédents, Exotique et Doux or Die, tous deux parus en 2018. Il voulait cette ambiance tamisée sur l’album, où les mélodies chantées prennent le pas sur les rimes saccadées, « pas nécessairement proche d’un son r & b, plutôt d’influences telles que Mac Miller ou [le groupe britannique] Easy Life : un peu soul, un peu r & b, suivant la nouvelle vague hip-hop aux rythmiques un peu plus trap. »

Mini-album

Plus important encore, Trèdou est le mini-album dans lequel Vendou s’est le plus investi. Il a tout enregistré et mixé dans son propre petit studio ces derniers mois. « C’était la première fois que je mettais la main à la pâte en ce qui concerne la création des ambiances, des textures sonores, de tout l’univers sonique qui habite le projet, affirme-t-il. C’est même la première fois en huit ans que j’avais vraiment l’impression d’en faire, de la musique — ce n’est pas une question d’avoir le contrôle sur le projet, mais bien de découvrir tout ce qu’il est possible de contrôler, toutes les possibilités sonores qui s’offraient à moi sur le plan du traitement vocal, de la structure et de la dynamique des chansons, de la réalisation. »

L’expérience est concluante, se dit-on en écoutant ces nouvelles chansons auxquels collaborent, aux rythmiques, les amis FouKi, Rousseau et Oclaz (LaF) : de la soie pour les oreilles. Vendou sera rejoint plus tard sur scène par les amis de L’Amalgame (John Ouain, Gary Légaré et Catboot) ; il se produira ensuite le 11 septembre au Pavillon Maurice Pollack de l’Université Laval pour la fête de la rentrée, puis au Théâtre Granada de Sherbrooke le 13 septembre, en première partie de FouKi.

À ne pas manquer au festival OUMF

Brown Family, 5 septembre, 22 h 30
Trois ans après la sortie de son premier album Brown, le trio — papa Robin Kerr, fistons Jam et Snail Kid — prépare la sortie d’un second quelque part cet automne. L’occasion d’entendre en primeur le nouveau matériel qui, espère-t-on, mêlera encore reggae, dancehall et hip-hop.

Tyleen Johnson, 6 septembre, 19 h
La jeune rappeuse originaire de LaSalle a suscité de l’intérêt au fil de ses collaborations, notamment sur l’album solo de Joe Rocca des Dead Obies. Un premier mini-album devrait être sur le point de paraître.

Tizzo & Canicule, 7 septembre, 19 h
Le premier disque du MC Tizzo est probablement l’une des parutions les plus attendues sur la scène hip-hop locale. L’auteur des succès underground On fouette et Ça pue partagera la scène avec Shreez, Soft, Ice, White Migz, et Doomin du collectif Canicule dont il fait aussi partie.