The Fellini Album, Nino Rota

Émotion particulière pour les souvenirs cinématographiques, mais aussi parce que Rota fut l’objet des premiers pas discographiques de Yannick Nézet-Séguin. Il n’y a pas de recoupement entre le CD Rota d’Atma, qui couplait une suite de La Strada avec les Concertos pour harpe et pour trombone, et cette magique parution, purement fellinienne, qui regroupe les suites d’Amarcord, de Huit et demi et des Clowns dans les orchestrations de Rota, ainsi qu’une suite de La Dolce Vita suprêmement arrangée par William Ross en un kaléidoscope où les ambiances se succèdent avec la folie du film, et une suite symphonique du Casanova de Fellini orchestrée par Bruno Moretti. Ce n’est pas le premier Rota-Fellini symphonique, mais c’est le plus luxueux et le plus juste. On se rappellera ici Riccardo Chailly popularisant les Suites de jazz de Chostakovitch. On se souviendra aussi de l’autre chef-d’œuvre de la discographie : un hommage de musiciens de jazz, avec notamment Carla Bley et sa bande, dans 8 ½, paru chez Hannibal Records en 1981, devenu fort rare.

Écoutez un extrait

 

The Fellini Album

★★★★ 1/2
Classique

Nino Rota, Decca, 483 2869