Dans les marges avec Carrier et Nisenson

Le nouvel album de François Carrier a été publié en Pologne. Ce fait résume le parcours de notre homme, car s’il y a un musicien québécois qui a joué ici et là de par le monde, c’est bien lui.
Photo: Magdalena Rosman Le nouvel album de François Carrier a été publié en Pologne. Ce fait résume le parcours de notre homme, car s’il y a un musicien québécois qui a joué ici et là de par le monde, c’est bien lui.

Cela fait des années, voire des décennies, que les saxophonistes et compositeurs François Carrier et Damian Nisenson explorent, chacun de leur côté, les espaces musicaux les plus divers qui soient. Ils ont exploré ces derniers et, à force d’opiniâtreté, de constance et d’une bonne dose de courage, s’y sont maintenus.

Depuis peu, Carrier propose un double album intitulé Nirguna paru sous l’étiquette polonaise — oui, polonaise ! — Fundacja Sluchaj. Avec son groupe Solawa, Nisenson vient de publier Tempo sous l’étiquette Malasartes, dont il est le fondateur. En un mot, Carrier nous promène ou nous guide en territoire du jazz improvisé ou free-jazz, là où Nisenson en fait autant mais dans l’univers des musiques du monde. Poursuivons d’abord avec ce dernier.

Photo: Robin Pineda Gould La première chose qui frappe ou plutôt qui surprend avec Solawa (de gauche à droite: Jean Félix Mailloux, Éveline Grégoire-Rousseau, Marton Maderspach, Moe Clark et Damian Nisenson), c’est l’architecture sonore de l’ensemble.

La première chose qui frappe, ou plutôt qui surprend, avec Solawa, c’est l’architecture sonore de l’ensemble. Au sein de ce dernier, il y a une harpiste. Elle s’appelle Éveline Grégoire-Rousseau et chante un peu, beaucoup, car ce Tempo est en fait un disque de chansons bien davantage que de thèmes « jazzés ». Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs déclinées dans la langue d’origine de Nisenson, soit l’espagnol. Celui, pour être exact, de l’Argentine.

Outre Grégoire-Rousseau, il y a aussi Moe Clark, artiste métisse originaire de l’Alberta, au ukulélé, au teweikan (le tambour traditionnel) et à la voix, l’excellent et prolifique Jean-Félix Mailloux à la contrebasse et à la voix, Marton Maderspach aux percussions et à la voix et, bien entendu, Nisenson au saxophone, mais également à la guitare et à la voix. Bref, Solawa est un groupe « mêlé », ethniquement causant évidemment.

Le groupe fonctionnant, si l’on a bien compris, selon les canons qui distinguent le collectif, chacun des membres a composé une ou deux chansons, à l’exception du batteur Maderspach. Et comme ils sont d’origines diverses, la déclinaison de ces morceaux en espagnol suit celle des pièces en français, qui précède celle des pièces en anglais, etc. Le résultat est fort agréable, car Tempo est fait de légèreté et de charme.

Plus haut, on mentionnait que le nouvel album de Carrier a été publié en Pologne. À bien des égards, ce fait résume le parcours de notre homme, car s’il y a un musicien québécois qui a joué ici et là de par le monde, c’est bien lui. Il a enregistré à Saint-Pétersbourg comme en Roumanie, à Katmandou comme en Angleterre. Il s’est produit partout où le free-jazz a droit de cité. Il y a du battant chez Carrier et chez son complice de longue date, le batteur Michel Lambert.

En compagnie de John Edwards à la contrebasse et d’Alexander Hawkins au piano, deux British à la technique impeccable, Carrier se pose en éclaireur de territoires vierges. Parfois c’est austère, parfois c’est vif, et la plupart du temps ça décape. Sur la scène du Vortex Jazz Club de Londres, soit le lieu de l’enregistrement, Carrier et ses complices sculptent une musique qui ne fait pas dans la dentelle. Chose certaine, même si le free-jazz n’a jamais été notre tasse de thé — on n’a jamais rien compris à ce dérivé du jazz —, on a la quasi-certitude que lesavoir-faire de ces instrumentistes devrait ravir les amateurs du genre.

Miles Davis au cinéma

Avis à la population : grosse nouvelle. Le 23 août, le documentaire Miles Davis : Birth of The Cool, réalisé par Stanley Nelson et présenté plus tôt cette année au festival de Sundance, sera proposé dans un certain nombre de salles. Peu après, en fait dans le courant du mois de septembre, il sera mis en vente.