François-Adrien Boieldieu, Natasa Veljkovic

Voici un CD non « essentiel » mais fort utile qui comble une injustice : le désintérêt envers les ouvertures « à la française » (notez que les ouvertures de Rossini ne sont guère davantage en vogue) qui faisaient le bonheur des programmes des années 1960 et furent si bien servies par Ernest Ansermet, Louis Frémaux et quelques autres. Howard Griffith élargit notre perspective sur Boieldieu (1775-1834), dont les deux ouvertures vedettes étaient à l’époque Le calife de Bagdad et La dame blanche. Il ajoute, dans cet excellent enregistrement de la Radio suisse italienne, Jean de Paris, Les voitures versées, Ma tante Aurore et Emma ou la prisonnière. Autre plaisir : alors que l’œuvre principale de Boieldieu est son Concerto pour harpe (1800), nous redécouvrons ici un très salonnard mais agréable Concerto pour piano de jeunesse (1792), qui le précède. Natasa Veljkovic le joue avec grande finesse et légèreté, mais il serait évidemment intéressant d’entendre cette composition sur un pianoforte avec un ensemble sur instruments anciens.

  

François-Adrien Boieldieu

★★★ 1/2
Classique

Natasa Veljkovic, Orchestra della Svizzera italiana, Howard Griffiths