Dawnbreaker, Daughter of Swords

Habitées par une guitare timide, une mélodie répétitive et un grésillement comme une pluie, les quatre premières minutes de Dawnbreaker annoncent un cœur débordant de tristesse qui se serait trouvé un petit coin sauvage où se chanter. C’est juste, mais à moitié : si le cœur est en effet incertain, il fait aussi de l’espérance et des fantaisies de ton expansives une manière de passer à autre chose. Au moment d’écrire ce premier album solo, la musicienne Alexandra Sauser-Monnig — l’une des trois vocalistes du groupe folk américain Mountain Man — se trouvait au début de la fin d’un couple, moment qu’on sait fragile et glissant. Dawnbreaker est donc la matérialisation d’un échec qui, en contrepartie, donne à l’oiseau blessé la force de s’envoler (magnifique Human). Si ses basculements pop et americana sont entraînants, Sauser-Monnig est au sommet de son art dans la simplicité, quand sa guitare et sa voix vaporeuse, parfois incroyablement perçante, forment un corps aussi tendu qu’une corde vibrante. Là, elle est plus forte que la tristesse.

 

Dawnbreaker

★★★
Alt Folk

Daughter of Swords, Nonesuch