Qualité Motel: l’appel de la mer

Luis Clavis, France, KiloJules, Roboto et DRouin (absent de la photo) deviendront en quelque sorte des apprentis moussaillons.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Luis Clavis, France, KiloJules, Roboto et DRouin (absent de la photo) deviendront en quelque sorte des apprentis moussaillons.

Le temps de trois spectacles dans autant de villes et villages aux abords du Saint-Laurent, les cinq gars de la formation électro-dansante Qualité Motel troqueront dans les prochains jours leur camion de tournée pour… un voilier. Avec comme but de mener de petits « festivals flottants » les pieds dans le fleuve, dans une démarche écologique et locale.

Luis Clavis, Roboto, KiloJules, France et DRouin, membres des groupes à double face Valaire et Qualité Motel, ont mis sur pied ce projet pour le moins original, voire un peu fou, qui va se concrétiser le 7 août à L’Isle-aux-Coudres, le 10 août dans la petite baie gaspésienne de Mont-Louis ainsi que le 12 août à Gaspé.

Les cinq musiciens embarqueront sur un voilier de 36 pieds, le Grey Goose, où ils seront en quelque sorte des apprentis moussaillons. À chacun des arrêts, Qualité Motel mènera ce que KiloJules conçoit comme des « festivals flottants ». L’après-midi aura des airs d’apéro extérieur sur le bord du fleuve, avec de la musique et la présence d’artisans locaux. Alors que le soir, la formation donnera un concert en bonne et due forme. Le tout est par ailleurs gratuit.

Ce projet-là, on ne le fait pas pour le fame, on ne le fait pas pour les sous, on le fait parce qu’on a envie de mettre en valeur la beauté du fleuve, des artisans qui sont là

« C’est un peu énervant ! », lance Luis Clavis, aux côtés de ses collègues attablés au bout d’un des quais du Vieux-Port de Montréal. C’est que les défis sont nombreux, et le potentiel d’impondérable est aussi plutôt élevé. Comment sera la mer, la traversée se fera-t-elle sans soucis, y aura-t-il des gens lors des trois événements ?

« Mais on sentait l’appel de faire un projet qui donne un nouveau sens, une nouvelle profondeur à notre démarche », résume France, grand timonier de ce projet. Ce dernier insiste d’ailleurs sur le volet écologique de leur Virée du Saint-Laurent. Si les vents sont favorables, la consommation d’essence sera réduite au minimum en comparaison à un camion, par exemple. Et le groupe veut aussi utiliser un programme de compensation carbone pour tout ce qui dépassera.

« Ce projet-là, on ne le fait pas pour le fame, on ne le fait pas pour les sous, on le fait parce qu’on a envie de mettre en valeur la beauté du fleuve, des artisans qui sont là. Et on veut le faire de manière écoresponsable au passage, en prouvant que c’est possible de faire des événements sans générer une tonne de déchets et en réfléchissant à tout ce qui est impact environnemental. »

Les cinq amis multiplient donc les objectifs avec leur Virée du Saint-Laurent. En plus d’amener la culture là où il y en a trop peu, les membres du groupe, d’un point de vue un peu égoïste, attirent l’attention en plus de s’offrir une aventure qui casse la routine des tournées habituelles, qu’ils effectuent depuis presque 15 ans maintenant avec Valaire et Qualité Motel.

« Quand tu prends l’avion pour faire des shows sur un autre continent, c’est une expérience qui est super-excitante, mais quand ça fait dix ans que tu le vis chaque année, ça devient autre chose, explique KiloJules. Là, le bateau, c’est le trip de vivre quelque chose qu’on n’a jamais vécu. »

Le Grey Goose est en ce moment piloté vers l’Isle-aux-Coudres par Mike Lepage et Mathieu Boudreau. Il permet en théorie de loger aisément quatre passagers. En tout, ils seront neuf à bord, souligne les musiciens, dont deux qui devront piloter le navire jour et nuit.

« Ça va être assez camping; on va se faire barouetter à gauche à droite et on va le vivre à plein, rigole France. Après, c’est quand même très l’fun de dormir sur le pont d’un voilier, avec un petit matelas de sol et un sleeping bag. »

« Quand il ne pleut pas », précise Roboto sous les rires.

Cette première édition sera donc un test, qui sera suivi d’un bilan. Mais l’idée est déjà de faire grandir la tournée maritime dans le futur, d’autant que, déjà, plusieurs personnes sont entrées en contact avec la formation pour lui proposer des arrêts, ou même de lui donner un coup de main.

« On pourrait aussi y aller avec d’autres groupes, où que ce soit juste un autre groupe qui le fasse, et pas nous. Mais il faut d’abord le tester avec ce qu’on propose », explique Roboto.