Gustav Mahler, Orchestre symphonique de Bamberg

Ce concert de juin 2018 associe Herbert Blomstedt, à la veille de son 91e anniversaire, à un orchestre bavarois d’excellente tenue et d’excellente réputation. Il est tentant de voir dans la rencontre entre l’adieu à la vie de Gustav Mahler et un chef au soir de sa carrière, qui n’a rien perdu de sa lucidité, un événement particulièrement émouvant qui, forcément, teinterait l’interprétation. Il faut cependant se garder de perturber un commentaire artistique par une pollution émotionnelle qui en dirait davantage sur celui qui écoute que sur celui qui dirige. Herbert Blomstedt est un intellectuel pragmatique plus qu’un sensuel. Cette Neuvième ne navigue donc ni dans les eaux du mysticisme lyrique de Bernstein ni dans celle de la plastique sculpturale de Karajan. Elle mise sur l’intransigeance du mouvement (deux volets centraux assez raides), la puissance de l’architecture et, surtout, une analyse des timbres sans concession à la joliesse. Plus moderne que bouleversante, cette Neuvième est une forme de testament artistique, dans un sens inattendu.

 

Herbert Blomstedt dirige la 9e Symphonie de Mahler

Gustav Mahler

★★★★
Classique

Symphonie no 9, Orchestre symphonique de Bamberg, Herbert Blomstedt, Accentus 2 CD ACC 30477