Richard Strauss, Ainsi parlait Zarathoustra. Une vie de héros

Le compact permet le couplage de ces deux « tubes » orchestraux, comme on le sait depuis la réédition des versions de référence RCA « Living Stereo » de Fritz Reiner à Chicago. Cette parution permet de jauger l’un des sérieux prétendants à la succession de Kent Nagano à Montréal sur un point sur lequel il a, à nos yeux, suscité des doutes : le répertoire germanique. Et encore, Strauss n’est pas le plus difficile, car tableaux et atmosphères se succèdent dans ces poèmes symphoniques, alors que le problème avait surgi à Montréal dans la 1re symphonie de Brahms, oeuvre plus architecturale. Les points positifs du Strauss de Petrenko sont sa manière d’empoigner Une vie de héros et la sagesse qui l’amène à fuir tout sentimentalisme. L’approche n’en reste pas moins très faiblement narrative, assez glaciale et peu sensuelle (phrases, textures et couleurs), au point de paraître pauvre sur le plan de l’imagination. Bref, ce CD, par ailleurs découpé comme dans les années 1980 (une seule plage par oeuvre), ne nous rassure pas vraiment.

Écoutez Une vie de héros

Richard Strauss

★★★
Classique

Ainsi parlait Zarathoustra, Une vie de héros, Orchestre philharmonique d’Oslo, Vasily Petrenko, Lawo LWC 1166