Mieczyslaw Weinberg, Symphonies nos 2 et 21, «Kaddish»

La chef d’orchestre lituanienne de 32 ans Mirga Grazinyte-Tyla a été, depuis sa nomination à Birmingham en février 2016, la figure de proue d’une lame de fond accordant un intérêt renouvelé aux femmes chefs d’orchestre. Cela ne veut pas dire qu’elle est « la meilleure », mais son exposition médiatique, pour l’heure, est importante et lui a valu un contrat chez DG. Pour son premier disque (et ceux à venir sans doute), habilement, Mirga Grazinyte-Tyla ne s’aventure pas sur des répertoires largement enregistrés mais choisit de défricher un répertoire intéressant. Mieczyslaw Weinberg n’est pas un inconnu. Nous vous avons souvent parlé de ce quasi-clone musical de Chostakovitch, un Polonais réfugié en URSS. La Lituanienne nous en présente deux symphonies très différentes. Elle dirige la Kremerata Baltica dans la Seconde, pour cordes, qui date de 1946 et ressemble à un quatuor de Chostakovitch orchestré, puis son orchestre de Birmingham dans « Kaddish », l’opus 152 de 1991, oeuvre bouleversante et vraie révélation d’un premier disque réussi.

Écoutez le 4e mouvement de Kaddish, interprété par l'Orchestre symphonique de Birmingham
 

Mieczyslaw Weinberg

★★★★ 1/2
Classique

Symphonies nos 2 et 21, « Kaddish », Mirga Grazinyte-Tyla, Deutsche Grammophon 483 6566