Quand la musique fait la pluie et le beau temps au FEQ

Samedi soir, le groupe Imagine Dragons a eu le temps de jouer deux chansons avant que la pluie, le vent fort et les éclairs ne forcent l’arrêt du spectacle.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Samedi soir, le groupe Imagine Dragons a eu le temps de jouer deux chansons avant que la pluie, le vent fort et les éclairs ne forcent l’arrêt du spectacle.

C’est une organisation heureuse d’avoir vu ses ventes surpasser « légèrement » ses attentes, mais encore dans le tourbillon de l’annulation des concerts de samedi en raison de l’orage, qui a fait le bilan de la 52e édition du Festival d’été de Québec (FEQ) dimanche. La direction de l’événement a souligné au passage le succès des nouvelles initiatives mises en place sur le site, dont la nouvelle scène du parc George-V.

Il est assez rare que le FEQ doive annuler des concerts en raison de la météo. La dernière fois, c’était lors du passage des Foo Fighters, en 2015. Le groupe n’avait pu jouer que quatre chansons. Samedi soir, la très populaire tête d’affiche Imagine Dragons avait été avertie que l’orage arrivait et a décidé de commencer son spectacle 15 minutes plus tôt pour au moins avoir la chance de monter sur scène, a expliqué le directeur de la programmation, Louis Bellavance.

Résultat : deux chansons ont été offertes avant que la pluie, le vent fort et les éclairs n’arrivent et ne forcent les organisateurs à faire évacuer plus de 70 000 festivaliers du site du FEQ — le festival ne révèle pas le nombre exact d’entrées —, non sans provoquer une certaine confusion dans les rues avoisinantes, alors qu’une marée humaine était agglutinée en attendant les transports en commun.

 

La nouvelle directrice générale du FEQ, Anne Hudon, a souligné que si d’un point de vue extérieur la décision pouvait avoir semblé être difficile à prendre, il n’en a rien été. « Avec les paramètres qu’on avait, c’était assez facile à prendre, pour des raisons de sécurité, avec les rafales de vent et la pluie, c’était évident qu’on devait évacuer. » Le FEQ a par ailleurs averti la foule en amont, par haut-parleurs et sur les écrans, que de fortes pluies arrivaient, « pour permettre aux familles d’évacuer de manière plus sécuritaire », a souligné Mme Hudon. Une « nouvelle initiative » qui sera maintenue pour les futures éditions.

Est-ce que l’annonce d’évacuation s’est faite trop tard ? « On a suivi à la lettre notre plan d’urgence », a insisté Samantha McKinley, la porte-parole du FEQ. Cette dernière a par ailleurs annoncé que l’organisation rencontrait dimanche après-midi les différents intervenants de la Ville impliqués pour faire le point « et déjà identifier des améliorations pour la suite des choses ».

Des ventes

La directrice générale du FEQ a souligné, sans donner de chiffres, que le festival avait « eu de belles surprises » et dépassé « légèrement » les objectifs, notamment grâce aux ventes des deux dernières semaines.

Alors que la programmation a été difficile à mettre sur pied cette année, a rappelé Louis Bellavance, cet engouement a étonné le FEQ. « On s’est demandé à l’interne si on annonçait un sold-out, mais on a décidé, vu l’intérêt pour Imagine Dragons, de laisser la billetterie ouverte pour permettre des achats de dernière minute », a ajouté Mme Hudon.

Louis Bellavance a estimé que l’ajout de l’infrastructure du Manège militaire et le déplacement de la scène du parc de la Francophonie vers la place voisine, George-V — d’une plus grande capacité —, ont été des succès. « On se demandait comment ça allait se vivre, quelle expérience ce serait du côté des artistes et si les festivaliers allaient aimer. […] C’est un succès sur toute la ligne, c’est un défi relevé. »