Have You Met Elliott, Hélène Barbier

Hélène Barbier était au volant de Phern et de Moss Lime, groupes locaux tous deux défunts, malheureusement. Mais il faut bien que quelqu’un maintienne la flamme d’un rock’n’roll espiègle et pratique sur les spectateurs aux oreilles avides cette forme d’hypnose aux relents de pathétique dont le lo-fi punk a la recette. Barbier, elle, ensorcelle, mais pas comme une jeune enchanteresse de films pour adolescents — celle qui porte des croix aux motifs baroques très près du cou —, non. Plutôt comme une magicienne mi-chouette mi-triste. C’est une fée de lajangle pop, dont les structures répétitives et pas tout à fait abouties font penser à un post-punk au crayon de cire. Un peu comme Lizzy Mercier Descloux ou Cate Le Bon. Ces énergumènes du son, on les suivrait dans n’importe quel labyrinthe, même si le temps y est comme ralenti et que les mâchoires s’y font molles. Il doit être quelque part là-dedans, cet Elliott ? Le chercher, c’est pas mal. En concert le 26 juillet à l’Esco.
 

Have You Met Elliott

★★★ 1/2
Pop-post-punk

Hélène Barbier, Michel Records