Cherish Everything, Look Vibrant

Si les années 1980 ont été la décennie du « moi » et le début des années 2000, l’ère de la terreur, cette fin de décennie que nous voyons s’égrainer ne peut être autre que l’âge de l’anxiété généralisée. La situation du climat fait perdre le sommeil, le nombre de « like » nous suit partout, le travail et l’ambition professionnelle s’insèrent dans chaque craque de nos vies. Avec ce nouveau disque qui se fait aller allègrement la voix de fausset maîtrisée et maniérée, façon Merriweather Post Pavillion d’Animal Collective (Memory Balloons, Jail My Son), et qui se bâtit autour d’une guitare erratique, un brin jangle pop (Dutiful Harbinger of Insulin), les Montréalais de Look Vibrant rendent bien cette tension constante et envahissante qui ronge l’époque. C’est coloré, certes, mais, à la manière d’of Montreal, par exemple, ça laisse percevoir un vieux fond de nihilisme. Les arrangements sont boostés aux hormones d’on ne sait quoi, les idées s’éparpillent. Ça pénètre sous la peau comme une culpabilité ordinaire. Parfois, c’est trop clinquant, c’est vrai. Mais au moins le message passe, comme on dit.
 

Cherish Everything

★★★
Post-punk indie

Look Vibrant, Citrus City records