Joseph Martin Kraus, l’Arte del Mondo, dir.: Werner Ehrhardt, Quatuor Schuppanzigh

Au cours des trois décennies pendant lesquelles nous avons pu présenter les oeuvres de nombreux compositeurs que le disque compact a permis de ressusciter, le quasi exact contemporain de Mozart Joseph Martin Kraus (1756-1792) nous apparaît comme la redécouverte majeure entre toutes. L’éblouissement doit tout à Werner Ehrhardt et au Concerto Köln (et non à l’Arte del Mondo comme imprimé dans le livret) qui, dans des disques parus en 1992 et en 1993, ont révélé des oeuvres dont certaines (Symphonie en ut dièse mineur VB 140) égalent les grandes symphonies mozartiennes et dont d’autres (Symphonie funèbre, avec ses quatre adagios enchaînés) attestent du génie inventif de ce compositeur, oublié car actif, hors des principaux centres culturels européens, à la cour du roi de Suède. Devant le succès, Capriccio a poursuivi l’exploration du répertoire avec deux disques vocaux (dirigés par Ehrhardt) et un disque de musique de chambre. L’éditeur réunit ces cinq disques dans un coffret à prix modique. C’est l’occasion ou jamais.
 

Le Concerto Köln joue la Symphonie en do dièse de Kraus

Joseph Martin Kraus

★★★★ 1/2
Classique

Symphonies, Amphitryon, cantates, musique de chambre, Concerto Köln, l’Arte del Mondo, dir. : Werner Ehrhardt, Quatuor Schuppanzigh, Capriccio, 5 CD C7325