Jean-Sébastien Bach, Variations Goldberg (version pour trio du Trio Zimmermann)

En 1985, Dmitri Sitkovetski réalisait un arrangement pour trio à cordes des Variations Goldberg, joué lundi à Montréal par son auteur. La version Sitkovetski-Caussé-Maisky (Orfeo) reste une référence, rejointe par celle de Repin-Imai-Maisky (DG). Le Trio Zimmermann, composé des solistes Frank-Peter Zimmermann, Antoine Tamestit et Christian Poltéra, a recours à une nouvelle et propre adaptation. Ceci ne devrait pas surprendre, car la transcription de Sitkovetski, c’est-à-dire sa répartition de la musique (des voix) entre les trois instruments, résulte de sa vision interprétative des Variations Goldberg — de ce qu’il convient de mettre en avant à quel moment et de quelle manière dans le contrepoint. Il n’est donc absolument pas choquant, et au contraire très logique, que l’interprétation d’un trio d’aussi grands esprits que Zimmermann, Tamestit et Poltéra s’affranchisse du texte d’un autre pour mettre en place ses priorités et son interprétation. Fascinant exercice dans une optique plus « trio » et beaucoup moins « violoniste et ses comparses ».

 

Le Trio Zimmermann joue la 8e Variation de Goldberg

Jean-Sébastien Bach

★★★★ 1/2
Classique

Variations Goldberg (version pour trio du Trio Zimmermann), Trio Zimmermann, BIS-2347