El Son Sono, El Son Sono

Sur son premier album, le septet cumbia-festejo-fusion montréalais El Son Sono refoule son énergie et privilégie des interprétations plus nuancées de ses compositions originales. Un choix surprenant, mais pas du tout désagréable : lorsqu’on les a découverts en finale du concours Syli d’or l’an dernier (qu’ils ont gagné), Élodie, son frère Tito et leurs cinq collègues ruaient dans les brancards avec leurs grooves contagieux. Le passage en studio a adouci leurs moeurs, révélant leur sensibilité acoustique, soulignant aussi les influences de la chanson francophone et du jazz dans leur melting pot musical. On passera vite J’arrime et j’arrive qui ouvre l’album, avec son texte convenu et cliché, pour attaquer la suite, nettement plus réussie : fantastique Son Sono rehaussée par les cuivres, la Cumbámedicinal (chantée par Tito), et la rencontre entre rythmes latinos et musique trad québécoise Trop longtemps, assez réussie. En concert le 20 juin, sur la scène des Jardins Gamelin, à l’affiche de la 5e édition de la série MMM / Montréal Musique du monde.

El Son Sono

★★★
Cumbia / Salsa

El Son Sono, indépendant