Renan Luce, Renan Luce

Ça semble si loin, 2006 : c’était au temps de Repenti, le premier album de Renan Luce, tant aimé. Je le revois nous déballant tout ça au Verre Bouteille. Consacré très vite, un peu oublié ensuite, les bancs publics du parc de la chanson douce réquisitionnés par les Vianney, Tim Dup et autres fins retrousseurs de refrains, Renan Luce se faisait rare, pour ne pas dire absent. Et le revoilà, et c’est plus que bienfaisant. Il nous revient intemporel, nous gratifiant d’airs aérés à l’exquise manière de ce qu’on appelle (noblement, dans mon livre) la grande chanson de variétés, rayon tendresse extrême. On pense à Bourvil dès l’adorable chanson de départ (qui s’intitule Au début), les cordes bercent tout le temps, entre Aznavour et Barbara, presque Alain Barrière dans On s’habitue à tout. Ici une valse mélancolique au piano (Cette musique), là une rhumba joliment déhanchée, le temps d’être Dans de beaux draps. C’est tout délicieux et délicat. Et si c’était ça, l’avenir de la chanson ?

Écoutez Au début

Renan Luce

★★★★
Chanson

Renan Luce, Barclay/Universal