L’été classique au Québec

Christophe Huss Collaboration spéciale
Festival de Lanaudière
Photo: Pure Perception Festival de Lanaudière

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Pour qu’un été musical apparaisse intéressant dans son ensemble, on se rend compte qu’il importe d’avoir de forts points d’ancrage. Le spectacle principal du Festival d’opéra de Québec, qui se tiendra du 24 juillet au 4 août, est devenu ce type de rendez-vous. Après La Flûte enchantée de Robert Lepage, en 2018, la proposition de 2019 ne déçoit pas, puisqu’il s’agira de la nouvelle mise en scène wagnérienne de François Girard, Le vaisseau fantôme, en primeur à Québec les 28, 30 juillet, 1er et 3 août, avant de prendre l’affiche à New York au printemps 2020.

Sous la direction de Jacques Lacombe, Gregory Dahl sera le Hollandais volant, et nous aurons beaucoup de curiosité à entendre, dans le rôle d’Erik, le ténor québécois Eric Laporte, qui fait une très belle carrière en Allemagne depuis 15 ans. La programmation comprendra aussi Les noces de Figaro, spectacle des Jeunesses musicales.

Le changement majeur de 2019, c’est la nouvelle dimension prise par le Festival de Lanaudière, qui retrouve une vraie programmation classique sérieuse et des valeurs artistiques festivalières. Pas moins de quatre soirées avec l’OSM sont à l’affiche : les deux derniers concerts de Kent Nagano en tant que directeur musical dans l’amphithéâtre Fernand-Lindsay, les 2 et 3 août, un programme Brahms et Dvorak, et la 3e Symphonie de Mahler, mais aussi deux rendez-vous très importants dans l’optique de sa succession. D’abord en ouverture, le 5 juillet, le retour d’Alain Altinoglu, ensuite, le 27 juillet, celui de Rafael Payare dans la 4e Symphonie de Tchaïkovski. Yannick Nézet-Séguin dirigera Berlioz le 6 juillet, Bruckner le 26 juillet et Brahms le 28 juillet. Ce dernier concert, avec les deux concertos enchaînés par Marc-André Hamelin, sera le plus spectaculaire.

Photo: Domaine Forget Marc-André Hamelin

Tout aussi impressionnant est le niveau des concerts dans les églises qui affichent le pianiste Francesco Piemontesi (9 juillet), le guitariste Miloš (10 juillet), le ténor Michael Spyres (11 juillet), le Quatuor Miró (18 juillet), Kristian Bezuidenhout (23 juillet), Charles Richard-Hamelin (24 juillet) et Christian Tetzlaff (29 juillet).

Marc-André Hamelin, fil conducteur

Le troisième pilier estival est la Virée classique de l’OSM, placée dans la foulée des deux concerts de Kent Nagano à Lanaudière. C’est le Requiem de Verdi sur l’esplanade du Stade olympique qui la lancera le 7 août. Les violonistes Vadim Repin et Baiba Skride, ainsi que le pianiste Herbert Schuch en seront les vedettes les 9, 10 et 11 août à la Place des Arts — Repin dans le 1er Concerto de Bruch, Skride dans le 3e Concerto de Mozart et Schuch dans le 3e de Beethoven.

L’OSM se produira aussi dans les parcs à Saint-Léonard, à Blainville et à Brossard les 23, 24 et 25 juillet, trois concerts gratuits en plein air dirigés par Adam Johnson, animés par André Robitaille et mettant en vedette le violoniste Kerson Leong.

Il est un nom que l’on retrouve dans les trois « grands » festivals (Lanaudière, Orford, Domaine Forget), celui de Marc-André Hamelin. Le héros qui osera faire face aux deux concertos de Brahms le 28 juillet, à Lanaudière, ouvrira le festival Orford Musique le 5 juillet et, dès le 22 juin, le Festival du Domaine Forget.

Son récital y lancera un véritable « minifestival » de piano, qui se tiendra jusqu’au 13 juillet et verra se succéder André Laplante, Alexandre Tharaud, Charles Richard-Hamelin et Benedetto Lupo, ce dernier en tandem avec Angela Cheng. Charles Richard-Hamelin jouera les deux plus beethovéniens des concertos de Mozart (les nos 22 et 24), que l’on entendra à Forget le 7 juillet et à Lanaudière le 12. Charles Richard-Hamelin sera aussi présent, avec le 2e concert de l’intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven, qu’il monte avec Andrew Wan, à Orford le 21 juillet, et le 31 juillet à la Maison Trestler qui, les mercredis du 26 juin au 14 août, accueillera des artistes pour la 35e saison. On retrouve des noms connus comme Jean-Philippe Sylvestre et Alexandre da Costa, dont le propre Festival des Hautes-Laurentides se tiendra du 4 au 30 juillet, et des artistes à découvrir comme le pianiste Samuel Blanchette-Gagnon, le 17 juillet.

Photo: Domaine Forget Le Quatuor Emerson

Pour revenir au Domaine Forget, il est important de noter l’attention accordée par les programmateurs à la guitare et à Mozart, au programme du quatuor vedette, le Quatuor Emerson, en visite le 19 juillet. Marie-Nicole Lemieux couronnera la journée « Arts sans frontières » du 27 juillet, alors que Yoav Talmi reviendra à la tête de l’Orchestre symphonique de Québec le 4 août. Fabien Gabel dirigera la Symphonie pathétique de Tchaïkovski la semaine suivante. Le festival prendra fin le 18 août par un concert des Violons du Roy, dirigé par Jonathan Cohen.

Orford Musique 2019, qui se tiendra du 5 juillet au 17 août, aura une thématique italienne et programmera, lui, en clôture, le très original spectacle de Nicolas Ellis et l’Orchestre de l’Agora autour de Lorenzo da Ponte, le librettiste de Mozart, personnage à la vie très agitée et captivante. En plus du festival demeurent les concerts gratuits, les événements gastronomiques, les expositions d’arts visuels et le prix Orford Musique.

 

Avant-goûts et gratuité

La saison des festivals débute sur la Rive-Sud avec Classica. Même si, officiellement, Classica s’étend du 24 mai au 16 juin, la grosse fin de semaine sera celle des 31 mai, 1er et 2 juin. Pour le versant classique de la programmation, Albert Roussel et Hector Berlioz ont été choyés, et Pascal Amoyel et Emmanuelle Bertrand sont les deux grands artistes invités. Nous aimons bien, un peu décalé, le programme du mardi 4 juin à Boucherville avec les Requiem de Fauré et Duruflé par Martin Dagenais et sa Petite Bande de Montréal.

Le 11 juin à Montréal s’entame le Festival de musique de chambre de Montréal, manifestation qui n’a plus rien de l’ampleur d’autrefois et reposera cette année sur un projet majeur : l’intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven par James Ehnes et Andrew Armstrong les 13, 14 et 15 juin à la salle Bourgie.

Dans la foulée, Montréal baroque se tiendra du 20 au 23 juin sur le thème « Sprezzatura » ou « Un certain je ne sais quoi » et célébrera la musique italienne. Le Grand concert d’ouverture, le 20 juin, sous la direction de Mathias Maute avec Ensemble Caprice, Tenet Vocal Artists et l’Ensemble vocal Arts-Québec, apparaît comme le projet le plus flamboyant, autour de la musique sacrée de Vivaldi et Heinichen. Ce qui étonne, c’est le nouveau « quartier général » du festival, l’église « Madonna della Difesa » ou Notre-Dame-de-la-Défense, près du marché Jean-Talon. À noter, le 22 juin à 17 h, le Livre VIII des Madrigaux de Monteverdi, oeuvre sublime, et le dimanche à 17 h, au théâtre Le Château, la conclusion par un spectacle associant Alkemia, Flûte Alors !, Les Voix humaines et Les Jardins chorégraphiques autour de la figure de Baldassare Castiglione et de son Livre du courtisan (1528).

Photo: E. Delage Charles Richard-Hamelin

Admirable, d’autant que les concerts sont gratuits, est la solidité des Concerts Lachine (du 4 au 20 juillet), programmés par Richard Turp. Nicolas Ellis dirigera Mozart en ouverture le 4 juillet, et les mélomanes comme les néophytes pourront côtoyer Collectif 9 (comme à Orford), Les Voix humaines (comme à Montréal baroque), Charles Richard-Hamelin et Andrew Wan (comme ailleurs, mais dans Debussy et Chausson), Stéphane Tétreault et le Quatuor Andara et, en clôture, Mathias Maute et Caprice dans Vivaldi. Tout au contraire, les Concerts populaires de Montréal continuent, hélas, de dériver totalement de l’idéal du maire Drapeau (la grande musique accessible pour tous), qui s’incarnent cette année dans un seul concert Mozart de l’Orchestre de l’Agora le 11 juillet. L’Orchestre de la Francophonie présentera aussi West Side Story le 25 juillet.

En Outaouais et ailleurs

Le 25 juillet est (hélas pour Jean-Philippe Tremblay et ses troupes) la date du concert gratuit en plein air de Yannick Nézet-Séguin, qui aura lieu non pas sur la montagne, mais à son pied. Notons que le chef sera fidèle au Festival des arts de Saint-Sauveur, qu’il visitera le 5 août avec la 5e Symphonie de Tchaïkovski.

Les mélomanes de l’Outaouais seront servis en musique de chambre avec Musiques et autres mondes, du 4 au 18 juillet, et le Festival de musique de chambre d’Ottawa du 25 juillet au 8 août. À Musiques et autres mondes, les quatuors invités sont Bennewitz et Orava. À noter, le 9 juillet, le concert du Choeur national de Lettonie avec de la nouvelle musique chorale (Pärt, Ešenvalds, Kalniņš, Vasks, Tormis, Whitacre, Lauridsen). Quant à l’Ottawa Chamberfest, il nous a révélé la visite de Janina Fialkowska le 28 juillet et d’Angela Hewitt pour la 9e étape de son « Odyssée Bach » le 5 août. Ici aussi, le duo Ehnes-Armstrong donnera l’intégrale des Sonates de Beethoven, du 31 juillet au 2 août.

Cinq concerts à l’amphithéâtre de Lanaudière

5 juillet
Ouverture avec Alain Altinoglu et Francesco Piemontesi.

13 juillet
Le ténor Michael Spyres pour la première fois au Canada avec orchestre.

27 juillet
Le retour de Rafael Payare à l’OSM.

28 juillet
Yannick Nézet-Séguin et Marc-André Hamelin dans les deux concertos de Brahms.

3 août
Kent Nagano dirige la 3e Symphonie de Mahler.

Cinq concerts au Domaine Forget

22 juin
Marc-André Hamelin joue Chopin, Schumann, Weissenberg et Fauré.

7 juillet
Jonathan Cohen et Charles Richard-Hamelin célèbrent Mozart.

13 juillet
Récital d’Alexandre Tharaud (Couperin, Beethoven, Ravel, Hahn).

19 juillet
Le Quatuor Emerson joue Mozart, Dvorak et Chostakovitch.

4 août
Yoav Talmi et l’OSQ accueillent Midori dans le Concerto de Dvorak.

Cinq concerts à Orford Musique

5 juillet
Marc-André Hamelin joue Chopin, Schumann, Weissenberg.

19 juillet
Olga Kern interprète le Carnaval de Schumann.

21 juillet
Andrew Wan et Charles Richard-Hamelin dans Sonates pour violon et piano de Beethoven.

10 août
La poésie du pianiste russo-lithuanien Lukas Geniušas.

17 août
Mozart–Da Ponte, concert scénarisé avec Nicolas Ellis et l’Orchestre de l’Agora.

Cinq autres grands événements festivaliers

9 juillet
Le Chœur national de Lettonie à Musiques et autres mondes d’Ottawa.

25 juillet
Yannick Nézet-Séguin dirige au pied du mont Royal.

28 juillet-3 août
Le vaisseau fantôme au Festival d’opéra de Québec.

29 juillet
À l’église de la Purification de Repentigny, le violoniste Christian Tetzlaff vient jouer Bach, Ysaÿe, Kurtag et Bartok pour le Festival de Lanaudière.

7 août
Kent Nagano lance la Virée symphonique avec le Requiem de Verdi au Stade olympique.