Orchestre du CNA: un potentiel prêt à exploser!

Le contreténor David DQ Lee, soliste d'une captivante œuvre d'Ana Sokolovic
Photo: Fred Cattroll Le contreténor David DQ Lee, soliste d'une captivante œuvre d'Ana Sokolovic

Devant un public très attentif à l’oeuvre d’Ana Sokolović, très accueillant pour le pianiste Jan Lisiecki et d’un bruyant enthousiasme après la 2e Symphonie de Brahms, Alexander Shelley, à la tête de l’Orchestre du Centre national des arts, a réussi son pari exposé dans ces colonnes samedi dernier.

Il s’agissait pour le chef anglais de miser sur l’exportabilité des valeurs culturelles canadiennes et d’augmenter la renommée de son orchestre, jusque et y compris dans des oeuvres prétendument rabâchées du grand répertoire comme la 2e Symphonie de Brahms. Le pari est réussi, car l’Orchestre du CNA s’ajoute assurément à la liste des orchestres qui peuvent se présenter sur sol étranger. Londres a été convaincue et le rapprochement avec la situation du premier concert de la tournée de l’Orchestre Métropolitain en 2017 est clair, puisque la « Zurich International Orchestra Series » du Cadogan Hall accueillait, avant le CNA, l’Orchestre du Mariinski avec Valery Gergiev ou l’Orchestre national de Russie de Vladimir Spivakov.

Un plan de match suivi

Le premier coup de chapeau va au courage de la programmation, puisque l’orchestre part avec, dans ses bagages, les oeuvres de six compositeurs et compositrices contemporains. Golden Slumbers Kiss Your Eyes… d’Ana Sokolović est une série de sept berceuses de divers pays pour contreténor, choeur et orchestre. Le choeur (excellents London Voices) y reprend des modes d’émissions sonores que l’on retrouve dans l’opéra Svadba, dont cette partition est cousine.

Golden Slumbers Kiss Your Eyes… ne met pas beaucoup en valeur l’orchestre en tant que tel. Il sert de porte-étendard à la création au pays. Celui du CNA a le courage de le faire, et le public a suivi avec grand intérêt une oeuvre passionnante dans son expression et ses couleurs.

Dans le concerto de Ravel, abordé par Jan Lisiecki avec quelques concessions à un romantisme qui tient assez peu du style français et ravélien, l’orchestre a été d’une tenue modèle : canaille comme il le faut, mais sans le débraillé désorganisé que l’on entend, hélas, trop souvent à Montréal.

Mais le sel du concert, ce fut une 2e Symphonie de Brahms, où tout le plan de match d’Alexander Shelley s’est déroulé comme prévu ; un groupe compact, avec une énergie intense fermement tenue, une circulation des phrases et surtout une clarté polyphonique arc-boutée sur des timbales découpées et un pupitre de contrebasses dont beaucoup d’orchestres peuvent rêver. Le finale avait une allure folle, et nous avons hâte de réentendre cette symphonie à Paris samedi.

Beaucoup de cohérence interne (il faudrait juste que le Konzertmeister ne se laisse pas déborder par son énergie en se levant de son siège : cela peut faire couleur locale à Ottawa, mais à l’étranger, cela peut sembler désavouer le niveau d’énergie collective, alors même que tous se donnaient pleinement) donc et beaucoup de signes de quelque chose de vraiment excellent qui peut devenir carrément grand.

La recette ? Un déclic simplement psychologique, retenu des leçons de Yannick Nézet-Séguin avec le Métropolitain : « Les musiciens que j’ai entendus sont bien meilleurs qu’ils le croient ! » On observe quelques signes : des violonistes qui commencent à se tortiller sur leurs sièges. Ondulez tous, libérez-vous ! Il y aura encore plus d’ambitus entre tension et relâchements, c’est-à-dire une respiration musicale plus profonde.

Tout cela va exploser. Quand ? Peut-être avant la fin de la tournée.
 

Christophe Huss est l’invité de l’Orchestre du CNA à l’occasion de sa tournée européenne.


Tournée européenne du CNA

Concert 2. Londres Cadogan Hall. Ana Sokolović : Golden Slumbers Kiss Your Eyes… Ravel : Concerto pour piano en sol. Brahms : Symphonie no 2. Jan Lisiecki (piano). David DQ Lee (contreténor), London Voices, Orchestre du Centre national des arts, Alexander Shelley. Londres, le 14 mai 2019.