Blue Material, Blue Material

Le Montréalais Thom Gillis, ex-bassiste du groupe dream pop TOPS et membre de Vesuvio Solo, dévoilait la semaine dernière le mystérieux et envoûtant premier album de son projet solo Blue Material. Les fans de ces deux précédents groupes trouveront vite leurs repères, des chansons parfaitement calibrées, charmants motifs de guitare, délicate programmation rythmique aux relents disco et new wave, lignes de basses inspirées qui nous prend aux hanches dès Blue Rider en ouverture. Plus loin, le pop rock suranné fait surface : le premier extrait Haunted Love, une collaboration avec Raphaelle Standell-Preston (Braids, Blue Hawaï), revisite les grooves détendus de Steely Dan, avec un curieux clavier qui dérape doucement derrière. Or, toutes ces belles chansons semblent provenir d’un rêve, embrouillées qu’elles sont par une réalisation résolument lo-fi, granuleuse, vaporeuse, comme si ce premier disque de Blue Material avait été déniché sur une bonne vieille cassette 4-pistes rangée dans un carton au sous-sol. Concert-lancement le 24 mai prochain au bar Datcha, rue Laurier à Montréal.
 

Blue Material

★★★ 1/2
Pop

Blue Material, indépendant