Le jardin des mémoires, Bleu Nuit

Deux ans après un prometteur premier EP, le trio montréalais Bleu Nuit s’impose en lançant un premier album complet, Le jardin des mémoires, superbement réalisé et mixé par Julien Mineau, leader de Malajube, qui couche aussi quelques pistes instrumentales de son cru sur les chansons postpunk aux brèves sonorités cold wave du principal auteur-compositeur, Yan Skene. Le rock dense et épineux de Bleu Nuit possède cette vitale qualité de savoir sublimer les codes d’une scène des années 1980 pour concocter des chansons indéniablement modernes qui zigzaguent entre punk bruitiste (Le même discours) et hymnes pop-rock (Trou noir, Concentration). Le groupe s’offre même une collaboration de prestige en Julien Gasc, claviériste de Stereolab qui incarne le poète maudit et nerveux sur la tendue La sauvagerie, l’un des nombreux joyaux de cet album qui s’écoute en boucle. La révélation rock francophone québécoise du printemps, en concert-lancement le 19 avril au Knock-Out de Québec, puis samedi à la Casa del Popolo.

Le jardin des mémoires

★★★★
Rock

Bleu Nuit, Michel Records