Homecoming. The Live Album, Beyoncé

Cela paraîtra curieux de le lire à propos d’un disque faisant presque deux heures, mais le problème avec Homecoming. The Live Album, parution-surprise de la reine Beyoncé, est qu’il est incomplet. C’est-à-dire qu’en l’écoutant, on ne fait qu’imaginer la scène de ce concert qualifié d’historique offert au festival Coachella les 14 et 21 avril 2018, et dont la gestation fait l’objet du documentaire Homecoming, tout juste paru chez Netflix. La bande-son intégrale de l’événement ne suffit pas à transmettre l’importance de la démarche de l’artiste, même si plusieurs de ses succès (on pense illico à Crazy in Love) ressortent transformés par les orchestrations de cuivres de la fanfare louisianaise invitée. Comme si le répertoire de Beyoncé n’était au fond qu’un prétexte à la démonstration de force à laquelle on a assisté, en personne ou en webdiffusion : l’armada de 200 danseurs, l’attitude, la prestance, la puissance de la star, impériale maîtresse de cette cérémonie afroféministe. On ne peut se contenter d’écouter Beyoncé : il faut la voir, au sommet de sa gloire.

Écoutez Crazy In Love

Homecoming. The Live Album

★★★
R&B / hip-hop

Beyoncé, Parkwood / Columbia