Titanic Rising, Weyes Blood

Vous savez, quand on marche dans la rue avec la bonne sélection musicale dans les oreilles et que l’on devient instantanément invincible ? Générateur émotif, le nouvel opus de Natalie Mering, alias Weyes Blood, confère quelques-uns de ces moments d’ascension qui permettent d’affronter une autre journée, une de plus avant l’apocalypse climatique qui nous attend. Avec un titre pareil, la sirène divinatoire Mering emploie ici sa voix de barde — elle a un truc pour le médiéval, il faut dire — à alerter son public, mais voilà que celle-ci semble déjà complètement submergée. Certaines des références ont été déjà cent fois usées à la corde par d’autres (comme Fleetwood Mac sur Something to Believe, les Beatles sur Everyday, les Beach Boys), et le maniérisme vocal de Mering annonçait à la première écoute le verdict suivant : un autre album pop pas mal, sans plus. Mais en peu de temps, on se surprend à entonner en chœur avec Weyes Blood « I just lay down and cry-y-y-yyyy ». Dans la rue. En concert le 25 mai au Petit Campus.

Titanic Rising

★★★
Folk Pop

Weyes Blood, Sub Pop