Hifalutin, Lowly

Il y a quinze ans, le son du jeune collectif danois Lowly aurait probablement été affublé de l’étiquette « trip hop ». Question de groove, d’abord : l’ensemble mené par la guitariste et chanteuse Nanna Schannong tricote des chansons doucement bondissantes s’appuyant simplement sur la vision sonore, organique et étudiée, des musiciens, qui évitent le plus possible les séquences préprogrammées — le jeu riche et légèrement jazzé du batteur Steffen Lundtoft est particulièrement appréciable, tout comme les tonalités des claviers et synthés de Kasper Staub. Le quintette navigue dans des eaux douces et claires avec ses chansons dream pop aux structures atypiques, ses tonalités chaudes, les voix de Schannong et, plus mémorable encore, de Soffie Viemose (aussi aux effets sonores), absolument splendide sur Baglaens, s’apparentant à quelque chose comme une chanson parfaite et parfaitement mélancolique. Il y en a d’autres semblables, Stephen en hommage à Hawkins, les longues 12:26 et Wonder en fin de cet album dans lequel on a envie de se lover en attendant qu’arrive enfin le vrai printemps.

Écoutez Henrik Vibskov de Lowly
 

Hifalutin

★★★★
Pop

Lowly, Bella Union