Maison, Eman

On le savait doué au micro, Eman, mais on connaissait moins son talent de compositeur-producteur, cette dimension de son art ayant auparavant été assumée par Vlooper sur leurs deux excellents albums en duo, XXL, et le plus récent, La joie, paru en 2017. Le EP Maison ramène le membre émérite d’Alaclair Ensemble au-devant de la scène avec une collection de six courts et irréprochables raps qui penchent soit du côté plus léger et mélodique — Pas besoin, C’pas la peine, Chaque jour —, soit du côté plus trap rude, le plus captivant des deux. Sur Bientôt, il retourne l’obsession de l’argent pour la rapprocher de sa réalité (« J’voulais faire du cash ; bientôt, j’vais faire du sens ») en s’appropriant les tics prosodiques des rappeurs américains ; sur la clinquante Ça va, il interroge de nouveau l’image projetée par les rappeurs : « Les minces veulent être riche mais y’ont même pas pensé être heureux aussi / La paix par les armes, l’amour par le beef, voulais-tu être stressé aussi ? », alors que sur Bouge, il se montre arrogant, mais mature.

Maison

★★★★
Hip-hop

Eman, 7e Ciel