Gabriel Fauré, Requiem (version 1893)

Aussi fou que cela paraisse, à part Corboz III (Mirare), il n’y a pas vraiment de version de référence du « vrai » Requiem de Fauré : celui de 1893 sans violons. Mathieu Romano, qui dirige l’orchestre de François-Xavier Roth et « le » chœur français en vogue, commence par porter la plus scrupuleuse attention à la prononciation gallicane du latin, en vigueur en 1893. Il témoigne ensuite d’un vrai souci des proportions, avec un chœur aux dimensions idéales, aux couleurs de rêve. Troisième atout : les balances, avec un dosage parfait de l’orgue et une présence réelle des cuivres. Et arrive la bourde : le violon solo du sanctus ! Il n’y a pas une raison au monde pour jouer ça comme un supplice, de manière aigrelette sans vibrato. Cette torture auriculaire de 3 min 21 s sabote ce qui aurait été une version de référence pour la nuit des temps. En prime : un couplage parfait avec Figure humaine de Poulenc et les Trois chansons de Charles d’Orléans de Debussy dont les versions princeps des première et troisième. Quelle frustration !

Écoutez le Requiem de Fauré, dirigé par Mathieu Romano

Gabriel Fauré, Requiem (version 1893)

★★★ 1/2
Classique

Ensemble Ædes, Les Siècles, Mathieu Romano. Aparté, AP 201.