Les flâneurs


Odile Tremblay

Les mots de Michka Saäl
On s’ennuie de la brillante et allumée Michka Saäl, cinéaste et scénariste québécoise d’origine juive tunisienne disparue le 9 juillet 2017. Celle qui a réalisé le documentaire L’arbre qui dort rêve à ses racines écrivait aussi. La lune des coiffeurs, publié de façon posthume aux Éditions du Loin, tout en fragments de vie sensibles et intelligents, gorgé de références culturelles, entre Tunis, Paris, Montréal et ailleurs révèle une plume vibrante et un sens aigu de l’observation et de l’introspection qui nous font regretter qu’elle n’ait pas publié davantage.


Philippe Papineau

Une bédé au paradis… fiscal
Comment aborder de manière pas trop aride l’enjeu majeur mais complexe des paradis fiscaux? Pourquoi pas par la bande dessinée? François Samson-Dunlop propose un roman graphique dans lequel son personnage principal décide de s’affranchir de toutes dépenses liées à des entreprises qui n’aiment pas trop l’impôt. Dans Comment les paradis fiscaux ont ruiné mon petit-déjeuner, l’auteur de Poulet Grain-Grain reprend en quelque sorte la formule de ce dernier ouvrage, se servant d’un protagoniste passionné mais décousu et de sa conjointe gardienne des justes valeurs.


Stéphane Baillargeon

Écrins contemplatifs
Le tiers de la Terre est un désert. Ces paysages n’ont rien de désolants ni de désolés. Habiter le désert (Phaidon), bel ouvrage original, rend hommage à quelques dizaines de magnifiques demeures déposées délicatement dans ces contrées fascinantes faites pour le repos et la contemplation. Ces maisons se trouvent dans les déserts du Chili et des États-Unis, du Niger, d’Iran ou du Maroc. On se ferait multimillionnaire juste pour La Maison noire de la Yucca Valey en Californie (Oiler Pejic Architecture), quelques blocs de verre et de quartz sombres minimalistes, nets, audacieux et franchement formidables.


Valérie Duhaime

Hommage au marathonien
Un rappeur tué à Los Angeles. Aussitôt, on pense violence entre gangs ou relents de querelles entre les rappeurs de la côte est et de la côte ouest. Mais la mort de Nipsey Hussle, pour ce qu’on en sait, n’a rien à voir avec tout ça. Ermias Asghedom n’était pas de ceux qui brandissent armes et bijoux sur les réseaux sociaux. Il investissait tout l’argent gagné dans son quartier natal de Crenshaw pour soutenir sa communauté. Il voyait sa carrière comme un marathon plutôt que comme un sprint. C’est donc l’écoute de son mixtape The Marathon, paru en 2010, que nous vous proposons pour découvrir l’étendue de son énergie.