Gabriel Fauré, Nocturnes pour piano

Après une intégrale de référence de la musique de chambre avec piano de Fauré, Éric Le Sage se penche sur la musique pour piano seul. Le cheminement est parfait, puisque le pianiste aborde les Nocturnes avec la maîtrise de l’univers harmonique complexe du compositeur. Le premier choix est sonore avec un Steinway modèle D réglé à la perfection dans un lieu d’enregistrement, à Anvers, maîtrisé par le très expérimenté preneur de son Jean-Marc Laisné. L’image projetée est à la fois intimiste et spacieuse. Précision et respiration, donc. Le début du 2e Nocturne est un test idéal pour en juger, puisque la finesse du toucher de Le Sage et la résonance du piano interviennent de manière importante dans la perception de l’interprétation. Le piano à lui seul donne un avantage déterminant à Le Sage sur Paul Crossley. Par rapport à Jean-Philippe Collard, Le Sage cultive un geste plus fluide. Cette liquidité et cette apparente simplicité sont les caractéristiques majeures de ce Fauré « désembrumé » qui, du coup, voit ses 13 Nocturnes tenir en un seul CD.

Écoutez Éric Le Sage jouer le Nocturne en mi bémol majeur, Op. 36 de Fauré

Gabriel Fauré

★★★★ 1/2

Nocturnes pour piano, Éric Le Sage, Alpha 414