Kilrush Drive, Red Mass

Enfin un premier album du groupe punk kaléidoscopique multidisciplinaire montréalais Red Mass, après une décennie à balancer des singles et des EP et, surtout, à se forger une enviable réputation de bête de scène. À sa tête, l’énergumène Roy Vucino, qui, sur ce disque, semble possédé par un esprit différent à chaque chanson, incarnant les personnages déviants des histoires qu’il nous grommelle, beugle ou sérénade. Car le punk de Red Mass présente plusieurs visages, post-punk mélodieux sur God’s House, cru et désarticulé sur l’ingénieuse Crooked, plus classiquement rock sur Show Me the Money (« and I’ll show you the drugs », peste Vucino), cybernétique sur un titre tel que Terrorizer, folk seventies sur la hantée Dark Days… Un punk fait de couches d’influences superposées rappelant tantôt la démarche de Parquet Courts, tantôt le son expansif de Titus Andronicus, parfaitement cohérent sur cet album co-réalisé par Mingo L’Indien (Les Georges Leningrad, Ellemetue), l’Américain Martin Bisi et Jace Lasek (The Besnard Lakes).

 

Kilrush Drive

★★★ 1/2
Rock

Red Mass, Label Étiquette/No Coast Records