Sibelius, Symphonie no 1, Orchestre Métropolitain

Mission suicide pour Atma et Yannick Nézet-Séguin en terre sibelienne. Alors que nous pensions que la Symphonie no 3 programmée l’an prochain servirait de couplage à la Première, voilà que celle-ci sort isolément en un chiche CD de 40 minutes quelques semaines après que le monde entier se fut pâmé devant le premier disque de la nouvelle coqueluche finlandaise, Santtu-Matias Rouvali (CD Alpha), qui enrichit son programme avec les 19 minutes de En Saga. Dans une culture de l’événement permanent, Rouvali frappe fort et tous azimuts, alors que Nézet-Séguin déploie une Première lyrique, très généreusement tchaïkovskienne. Il y a tout à fait à craindre que la vraie musique du Québécois et de ses troupes n’apparaisse « fade » à l’heure où l’esbroufe trépidante de Rouvali rallie les suffrages. Sauf qu’avec Nézet-Séguin les arches dramatiques ne se consument pas avant le sommet du climax et qu’à l’écoute, partition en main, on retrouve… la partition. Le marché international fut preneur une fois d’une 1re en CD isolé. Mais c’était Bernstein-Vienne !
 

Yannick Nézet-Séguin dirige la 1re Symphonie de Sibelius

 

Sibelius

★★★ 1/2
Classique

Symphonie no 1, Orchestre Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin, Atma ACD2 2452